Quarante-quatre ans de vote populaire au Québec

Le Québec a voté le 7 avril 2014 pour renouveler ses législateurs et, du coup, son gouvernement. Pendant la soirée des élections, plusieurs commentateurs mentionnaient des tendances historiques, mais aucun des médias visuels ne semble avoir fourni de graphique montrant cette tendance.  Celui-ci vient en partie combler cette lacune.

Cliquez pour une version pleine grandeur.

Quelques observations sur les choix qui ont mené à cette version.

Années électorales. Représenter les élections à intervalles fréquentes aurait faussé la ligne de temps. Chaque année est donc présente, mais seules les années électorales sont étiquetées.

Couleurs. Chaque parti politique utilise des couleurs de façon constante pour se faire reconnaître. Il était important ici d'utiliser les même couleurs pour profiter de cette reconnaissance et rendre le graphique plus facile à lire.

Choix des partis. Il y a eu bien plus de sept partis reconnus entre 1970 et 2014. À peu d'exceptions près, sont inclus ici ceux qui ont reçu au moins un pour cent du vote. Option nationale est du lot à cause de sa notoriété auprès des électeurs en 2014. Le Parti vert a fait plus de 1% du vote dans les années 1980, mais cet ajout enlevait plus à l'analyse visuelle qu'il n'y ajoutait, surtout considérant la marginalité de ce parti en 2014.

Fusions. Certains partis ont changé de nom au fil des fusions. Lorsqu'il s'agissait d'une véritable fusion, approuvée par le parti, une seule ligne représente les partis successifs. Les filiations idéologiques ne sont donc pas représentées. Il est quand même possible de voir les principaux mouvements de gauche (orange) et de droite (turquoise).

Annotations. Les annotations font ressortir certains événements rares, comme une victoire forte (1973), les gouvernements minoritaires (2007 et 2012) et les fusions. Au risque d'alourdir le visuel, d'autres annotations pourraient éclaircir certains phénomènes. Par exemple, pourquoi l'Union nationale disparaît-elle après un résultat de 18% en 1976? Pourquoi l'Action démocratique a-t-elle perdu tant de faveur populaire entre 2007 et 2008?

Esthétique. L'apparence d'un graphique peut renforcer sa crédibilité en lui donnant une allure professionnelle et en facilitant sa lecture. Alors que les partis sont très colorés, attirant l'attention, les éléments explicatifs comme la grille, les annotations et les marques se font discrets, en blanc, beige et brun.