Formule 1: La première victoire de Daniel Ricciardo

ENGLISH FOLLOWS

Le Grand Prix du Canada 2014 à Montréal s'annonçait plutôt prévisible avec la fuite en avant en première moitié des Mercedes de Nico Rosberg et Lewis Hamilton, dominantes depuis le début de la saison. Leurs adversaires perdaient du terrain à chaque tour, suggérant un doublé facile.

Tout allait changer au 37e tour.

Les deux Mercedes ont connu le même ennui mécanique au même tour: la perte de leur système de récupération d'énergie. Ralenties, elles ont été rattrapées graduellement — plus vite qu'elles n'avaient distancé leur rivales en première moitié. Les freins de Hamilton ont flanché au 48e tour, le forçant à l'abandon. Massa a brièvement pris la tête pendant les arrêts au puits. Rosberg a ensuite repris la tête et bagarré dur pour la garder, mais il n'arrivait plus à mettre de la distance entre lui et ses adversaires. Il créait même un bouchon, permettant à un petit groupe de se former derrière lui. C'est finalement Daniel Ricciardo, dans la Red Bull, qui a été capable de le dépasser, alors que Massa et Perez se sont accrochés à un tour de la fin. Rosberg et Vettel prenaient la deuxième et troisième place. 

Cliquez pour une version pleine grandeur.

FIA Lap Chart. Cliquez pour voir l'original.

FIA Lap Chart. Cliquez pour voir l'original.

Le graphique représente le retard des pilotes, en secondes, sur le meneur, quel qu'il soit. Alors que le graphique officiel de la FIA (à droite) ne montre que les positions, cette utilisation des temps permet de voir une version plus détaillée de la course. La vitesse supérieure des Mercedes suivie de leurs ennuis mécaniques apparaissent clairement. La proximité du peloton de tête des tours 49 à 64 est aussi révélée par cette méthode.

C'est le caractère inusité du Grand Prix qui en a fait un sujet intéressant de visualisation.

  • Les ennuis mécaniques des Mercedes ont façonné une course en deux temps, avec leur performance supérieure en première partie, puis un rattrapage constant de leurs concurrents en deuxième partie. Le dépassement de Ricciardo dans l'avant-dernier tour est aussi un retournement intéressant.
  • Daniel Ricciardo en était à sa première victoire. Avec ses performances qui ont régulièrement dépassé celles de son coéquipier et champion du monde Sebastian Vettel, il est possible que cette victoire soit la première d'une fructueuse carrière.

Plutôt que de représenter tous les pilotes, ce graphique se concentre sur les prétendants à la victoire, comme la diffusion en direct de la course. Les couleurs évoquent celles des uniformes et écuries respectives.

La source des données est un document PDF de la FIA nommé "Race History Chart" trouvé sous Timing & Information. Ce format a créé beaucoup de travail pour extraire les données dans un format manipulable, ayant retardé la publication du graphique de plusieurs heures. Il serait préférable et facile pour la FIA de publier le format original et manipulable de ces tableaux. Le graphique a été créé avec MS Excel.


Formula 1: How Daniel Ricciardo won his first Grand Prix

The 2014 Montreal Grand Prix started off with a predictable scenario as the two Mercedes of Nico Rosberg and Lewis Hamilton took the lead and distanced their rivals with every lap. It looked like an easy victory — and a boring race — was at hand.

Things took a different turn at the 37th lap.

The two Mercedes were burdened with the same mechanical problem on the same lap: their energy recovery systems failed. Now much slower, they lost ground to their rivals faster than they had gained it in the first half of the race. Then Hamilton’s brakes failed for good, forcing him to retire. Massa briefly took the lead during the pit stops. Rosberg took back the lead and fought hard to keep it with a slower car that would create a traffic jam behind him. Daniel Ricciardo, in the Red Bull, was finally the one who could pass Rosberg, while Massa and Perez collided and crashed together. Behind Ricciardo, Rosberg took second and Vettel, third.

Click for full version.

Click to see original.

Click to see original.

The graph shows the lag in seconds of the pilots behind the race leader, whoever that is. While official FIA graph (right) only shows the positions, relying on the exact lap time of each pilot shows a more detailed view of the race. The faster Mercedes and their mechanical problems give its general shape to the graph. It is also clear how close the pilots were between laps 49 and 64.

The Canadian Grand Prix was interesting to visualize because of how it unfolded.

  • The mechanical problems of Mercedes shaped the race in two halves: first they took off and then their rivals caught up. Ricciardo finally taking the lead from Rosberg in the penultimate lap is also an interesting feature.
  • It was Daniel Ricciardo’s first victory. With stellar performances that exceeded that of his teammate and world champion, Sebastian Vettel, it is very possible that this victory was the first of many.

Instead of showing all pilots, this graph only shows the contenders for the victory, much like a TV broadcast. The lines are inspired by the colors of the team uniforms.

The data source is a PDF called « Race History Chart » published by the FIA and found in the Timing & Information section. This format was suboptimal and created a delay of several hours to extract the data into a machine-readable format. It would be better and easy for the FIA to real ease the original tables in a machine-readable format. The graph was created in Excel.


Juin / June 2014